La fabrication des santons de Provence

Le santonnier "rêve" son santon, le réalise dans l'argile et le moule en réalisant un moule en plâtre de Paris, puis un moule de travail.

La fabrication des santons reste traditionnelle. Les moules façonnés par le santonnier lui-même permettent la fabrication en petites séries et, par là même, le maintien de la qualité.

On fait pénétrer l'argile dans chaque partie du moule, on accole et, après un court temps de séchage, on sort le santon du moule. L'oeuvre grise ou rougeâtre est alors dépouillée de ses bavures et parfois retouchée (ébarbage).

On laisse le petit personnage sécher le plus longtemps possible, avant de le passer au four.

Ensuite il est peint avec des couleurs à l'eau et à la gomme. Les personnages ne sont pas peints un à un, mais on fait d'abord tous les visages, les cheveux, puis les vêtements, toujours de haut en bas. On applique des couleurs identiques aux parties similaires, ce qui donne une certaine précision dans la détermination des types.

Certains santonniers veillent à ne jamais donner la même expression aux visages de personnages différents.

L'art du santonnier se révèle aussi dans la confection des accessoires.

Il est possible de distinguer trois tailles de santons : 

Le santon puce haut de 1 à 3 cm.
Le santon traditionnel d'une hauteur comparable à celle d'un pouce.
Le grand santon enfin, qui peut atteindre 18 à 20 cm.
Certains d'entre eux peuvent être "habillés", c'est à dire revêtus de textile. Ils sont en général de grande taille.

Tout au long de l'année, les petits sujets colorés s'alignent sur les étagères de l'atelier, s'entassent dans des boîtes en carton et finissent par envahir toute la maison, jusqu'au jour où ils s'en vont sur des chemins de mousse, vers une étable, rendre hommage à un nouveau-né.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site